Nous sommes tous connectés à un élément de la vie : l’ EAU !

Sea Shepherd Conservation Society

 

Le 14 Avril 2016, nous avons eu la chance de rencontrer en personne le Capitaine et militant écologiste canadien, Paul Watson. Il est venu à Bourges nous présenter Sea Shepherd Conservation Society (organisation non gouvernementale internationale maritime qu’il a fondée en 1977 et vouée à la protection des créatures marines).

 

 

 

 

Pendant 2 heures, nous avons écouté ses récits d’aventures, les combats qu’ils mènent, lui et ses militants contre des géants de l’industrie et les États de la pêche illégale d’espèces marines.

sea sheperd12974339_10153602187818932_5147629903874153253_n

Sea Shepherd à Bourges avec Paul Watson en personne !

Nous avons besoin de ramener les populations de baleines et de poissons à des niveaux de pré-exploitation. L’accent doit être mis sur la revitalisation de la biodiversité dans les océans.

If the Ocean Dies, We All Die ! But why ?!

Si l’Océan meurt, Nous mourrons tous ! Mais Pourquoi ?!

Des milliards de personnes dépendent de l’océan pour se nourrir, et je ne parle pas de restaurants, bars à sushi et les marchés de poissons à New York, Paris, Londres, Tokyo ou Sydney. Je parle des gens extrêmement pauvres dont la vie dépend exclusivement de la capture du poisson.

L’océan est le système de support de vie pour la planète, fournissant 50% de l’oxygène que nous respirons et la régulation du climat. L’océan est aussi la pompe qui nous permet d’avoir de l’eau fraîche. Il est la force motrice, avec le soleil, du système de circulation globale qui transporte l’eau de la terre à la mer à l’atmosphère et retour à la terre à nouveau.

 

 

Larve de poisson des glaces

 

Le Plancton est l’ensemble des organismes vivant dans les eaux douces, saumâtres et salées, le plus souvent en suspension et apparemment passivement. Les populations planctoniques ont été réduites de 40% depuis 1950, récemment il est devenu une exploitation commerciale par les sociétés de pêche norvégiennes et japonaises pour extraire des millions de tonnes de planctons pour la conversion à une alimentation animale riche en protéines.

 

Chaque année, 65 milliards d’animaux sont abattus pour nourrir les humains et environ 40% de tous les poissons pêchés sont transformés en farine de poisson pour nourrir les porcs, les poulets, les saumons domestiques, les animaux à fourrure et de la nourriture pour chats. Avec les populations de poissons qui diminuent, les entreprises cherchent à remplacer la farine de poisson avec une pâte de planctons.

Est ce que les farines de poisson pour les animaux domestiques valent la peine de dévaliser la planète de nos approvisionnements en oxygène ?
D’où vient l’oxygène ? Environ 50% provient des forêts que nous détruisons. Le reste provient des mers et océans.

Une partie de cet oxygène est produite par les algues et les herbes marines, mais la grande majorité de l’oxygène est produit par le phytoplancton, des organismes microscopiques unicellulaires qui ont la capacité de photosynthèse. Ces minuscules créatures vivent dans la couche superficielle de l’océan (et dans les lacs et les rivières) et forment la base même de la chaîne alimentaire aquatique.

 

schéma photosynthèse

Le principe de la photosynthèse www.plancton-du-monde.org

Pendant la photosynthèse, le phytoplancton élimine le dioxyde de carbone de l’eau de mer et libère de l’oxygène. Le carbone devient alors une partie de leur corps.

La production d’oxygène et la séquestration du dioxyde de carbone sont les principales contributions du plancton, ainsi que la formation du fondement de toute la chaîne alimentaire océanique.

Les industries de pêche illégales volent les mers de la production d’oxygène pour des bénéfices privés à court terme.

C’est une des choses qui n’a pas été prise en compte lors de la Conférence sur le changement climatique à Paris. (COP 21) La plupart des océans se trouvent dans des zones internationales, n’appartenant à aucun État.

D’autres facteurs qui réduisent le plancton comprennent l’acidification due à l’excès de dioxyde de carbone, la pollution, la destruction de l’habitat et la diminution drastique des populations de baleines et de cétacés.

Les cétacés sont les principales espèces qui fertilisent le phytoplancton. Par exemple, une baleine bleue défecte trois tonnes d’azote par jour, riches en gisements de fer, fournissant des nutriments phytoplanctoniques. En retour, le phytoplancton nourrit le zooplancton, qui lui-même nourrit le poisson et finalement tout ce qui vit dans les mers et les océans.

Pour restaurer les populations de phytoplancton, nous devons restaurer les populations de cétacés. Nous devons abolir l’exploitation industrielle de la biodiversité dans l’océan. Il faut aussi que les gouvernements arrêtent toutes les subventions pour la pêche commerciale.

La réalité est qu’il n’y a tout simplement pas assez de poissons dans la mer pour continuer à nourrir une population humaine en constante expansion. C’est un concept simple à comprendre – plus d’humains mangent du poisson, directement ou indirectement (c.-à-d., Farine de poisson), plus ils contribuent à l’épuisement des poissons.

Il doit y avoir un moratoire mondial sur la pêche dans tous les pays industrialisés. Il doit y avoir une cessation globale de l’abattage des baleines. Nous devons ramener les populations de baleines et de poissons aux niveaux de pré-exploitation. L’accent doit être mis sur la revitalisation de la biodiversité dans les océans, afin de lutter contre le changement climatique et la diminution de la production de phytoplancton pour augmenter la production d’oxygène.

Selon Paul Watson, «Les solutions au changement climatique sont simples. »

Mettre un terme à l’industrie du poisson et du poisson qui produit plus d’émissions de gaz à effet de serre chaque année que l’industrie du transport.
Un moratoire mondial sur toutes les opérations de pêche industrielle.
La fin de tuer des baleines, pour une raison quelconque.

 

L’effondrement de l’océan, de la biodiversité et l’effondrement catastrophique des populations de phytoplancton et de zooplancton dans les océans vont provoquer l’effondrement de la civilisation, et très probablement l’extinction de l’espèce humaine.

 

Exactement jour pour jour, il y a 2 ans, le 14 Avril 2014, je sortais de l’eau après avoir nagé dans l’eau du Mékong pendant 6 mois. La première descente du Fleuve Sacré en hydrospeed sous l’égide d’ Expedition Terre Inconnue. Des hauts plateaux tibétains jusqu’au Delta du Mékong au Vietnam, j’ai parcouru 4400 km et traversé 6 pays.

 

 

Tout comme l’une des valeurs maitresses de Sea Shepherd, l’expédition était axée sur la préservation de cette source vitale à la vie sur Terre, l’ EAU.

Tout comme Paul Watson, j’ai pu constaté une pollution de cette ressource par le plastique notamment dans le delta du Mékong au Vietnam, ou certains canaux d’irrigations sont recouverts de plusieurs dizaines de centimètres de déchet ménagers.

 

 

Le plastique a, en quelques années, envahit nos sociétés de consommation. C’est un produit récent dont nous ne connaissons pas encore le cycle de dégradation.

A la fin de sa présentation, nous avons pu lui poser quelques questions notamment sur la pollution des océans par les plastiques, et les actions menées par Sea Shepherd. Nous avons évoqué le lien entre la pollution des océans et celles des fleuves, et sur la nécessiter de traiter le problème à la source.

 

Le conseil partagé, « il faut faire disparaître le plastique à sa source. »

L’association Expedition Terre Inconnue a pour projet de nettoyer une partie des eaux du Mékong notamment au Vietnam avec son projet Plastic to Oil.